de fil en aiguille (2)

En décembre dernier, j’ai écrit un billet dans lequel j’ai parlé de mon intérêt pour le point de croix. Si le crochet et le tricot sont redevenus à la mode ces dernières années, ce n’est pas encore le cas de la broderie, et encore moins du point de croix. Pourtant, à voir certains comptes sur Instagram ou Pinterest, nous sommes légion à pratiquer ce “loisir créatif”.

Dans le précédent billet sur le sujet, donc, j’ai parlé du matériel (fil, aiguille, toile) et des merceries.

Ma règle d’or, avant de commencer un ouvrage, c’est de me demander pourquoi je le fais, ou plutôt, ce que j’en ferai une fois terminé.  Quand on débute, la question se pose moins, parce qu’on s’exerce. On doit apprendre à, en quelque sorte, maîtriser le trio aiguille-fil-toile.  Je sais que certaines personnes n’aiment pas entreprendre quoi que ce soit s’il n’y a pas une finalité. Mais il faut aussi se donner le temps de broder joliment avant de songer à faire un tableau qu’on offrira, par exemple.

Avec la pratique et l’habitude (et si on est passionné), on peut vite se retrouver avec une pile d’ouvrages terminés dont on ne sait pas trop quoi faire.  Mais avant de parler des possibilités de finition, j’aimerais aborder quelques points (ha ha) importants en cours d’ouvrage.

Utiliser un tambour.  Le tambour est généralement en bois, mais on en trouve aussi en plastique.  Le tambour en bois fait de deux cerceaux qui s’emboîtent et entre lesquels vient se placer la toile sur laquelle on va broder. Une vis fixée sur le cerceau extérieur permet de serrer le tambour et donc de tendre la toile.  Une toile bien tendue vous permettra de réaliser des points réguliers et d’éviter de trop froisser la toile.  Attention avec les toiles de lin, dont certaines, fines, pourraient être endommagées si vous serrez trop les cerceaux. Pour les petits ouvrages, le tambour est idéal. Pour les ouvrages de plus grande taille, il faut parfois déplacer le tambour sur la toile à mesure que vous progressez dans le motif.  Je n’aime pas trop repositionner un tambour sur un ouvrage, parce que la toile brodée est prise entre les deux cerceaux et je trouve que ça écrase un peu les points. Mais une fois encore, si vous voulez réaliser des points réguliers, le tambour est très utile.

J’ai tout récemment terminé un gros ouvrage, que j’ai réalisé sans tambour, simplement parce que je trouvais plus simple de faire de longues séries de points d’une même couleur en tenant la toile dans une main.

Zèbre au point de croix

Vous voyez les grandes zones de blanc ? Des centaines de points à faire. Avec un tambour, c’est autant de mouvements de bras pour aller reprendre l’aiguille au dos et la faire passer devant, etc.

Pour un autre ouvrage, pour lequel j’ai utilisé une toile étamine (très souple), le tambour m’a semblé indispensable pour la régularité des points.

point de croix sur toile étamineIl faut encore préciser qu’il existe plusieurs diamètres de tambours, 12, 14, 20 cm, etc. Vous choisirez la taille du tambour en fonction de la taille de votre toile, qui sera la taille de l’ouvrage, majorée d’au moins 5 cm de chaque côté. A ce propos, n’oubliez pas que si vous avez du tissu en trop une fois votre ouvrage achevé, ce n’est pas grave. En revanche, ne pas avoir assez de tissu (pour l’ouvrage ou pour les finitions), ce n’est pas “rattrapable”. Donc comptez large.

Pour en finir avec le sujet du tambour, celui-ci peut très bien servir de cadre à votre ouvrage, une fois celui-ci terminé.

Pour finaliser votre ouvrage avec le tambour, je vous suggère une technique très simple.

1. Commencez par retirer la toile brodée du tambour et repassez-là, sur l’envers, soigneusement. Habituellement, je pose l’ouvrage à repasser sur un linge doux. Ainsi, quand je passe le fer chaud au dos, ça fait ressortir les points et ça donne un aspect plus soigné, plus joli à l’ouvrage.

2. Replacez la toile dans le tambour et tendez bien. Coupez le surplus de tissu en rond, de sorte à laisser environ 3 cm de tissu. Vous avez maintenant besoin de trois choses: du fil à coudre (mais vous pouvez utiliser du fil à broder (2 ou 3 brins)), de la ouate synthétique (comme celle utilisée pour rembourrer des coussins) et de la feutrine (un morceau rond de la taille de votre tambour).

3. Passez un fil (dessus-dessous-dessus-etc.) tout autour de votre tissu et serrez légèrement, comme si vous resserriez les cordons d’une bourse.

4. Remplissez d’ouate l’espace entre la toile brodée tendue et les bords. Serrez maintenant votre fil, passez-le d’un bord à l’autre, serrez encore pour que la ouate soit bien “tassée”. Faites un nœud à votre fil et coupez-le.

5. Prenez votre morceau de feutrine. Il va vous permettre de camoufler le dos de l’ouvrage (le tissu que vous venez de tendre par-dessus la ouate). Cousez la feutrine en suivant le bord du tambour. Utilisez n’importe quel type de point. Sur la photo ci-dessous, vous verrez que j’ai utilisé le point de feston espacé, en piquant dans le tissu de l’ouvrage tout au bord du bois du tambour.

6. Résultat: devant, votre ouvrage bien tendu et “bombé” (grâce au rembourrage d’ouate), ce qui fait bien ressortir les points; derrière, on ne voit rien, puisque la feutrine camoufle le tout !

finitions - tambour

 

Dans un prochain billet, je vous parlerai de la gestion des fils (rangement, démêlage, etc.) et d’autres possibilités de finitions pour les ouvrages (tableaux encadrés, marque-pages, housses de coussin).

Un défi lecture pour 2015?

Et si tu lisais:

  1. Un livre de plus de 500  pages
  2. Un classique romantique
  3. Un livre adapté au cinéma
  4. Un livre publié cette année
  5. Un livre dont le titre contient un chiffre
  6. Un livre de contes
  7. Un livre d’un auteur féminin
  8. Un livre policier ou à suspense
  9. Un livre dont le titre est un seul mot
  10. Un recueil de nouvelles
  11. Un livre dont l’action se passe dans un pays étranger
  12. Le premier livre d’un auteur à succès
  13. Un livre pas encore lu d’un auteur que tu adores
  14. Un livre recommandé par un/e ami/e
  15. Un livre récompensé par un prix littéraire
  16. Un livre inspiré d’une histoire vraie
  17. Un livre que ton père/ta mère/ton frère/ta sœur adore
  18. Un livre scientifique
  19. Un livre qui date de plus de 100 ans
  20. Un livre que tu devais lire à l’école mais tu ne l’as pas fait
  21. Une biographie
  22. Un livre que tu peux finir en un jour
  23. Un livre dont l’action se passe à un endroit que tu rêves de visiter
  24. Un livre paru l’année de ta naissance
  25. Un livre qui a reçu de mauvaises critiques
  26. Un livre qui a marqué ton enfance
  27. Un livre dont l’action se passe dans le futur
  28. Un récit de voyage
  29. Un livre dont le titre mentionne une couleur
  30. Une bande-dessinée (“graphic novel“)
  31. Un livre d’un auteur inconnu (de toi)
  32. Un livre que tu possèdes mais n’as pas encore lu
  33. Un livre dont l’action se passe dans la ville où tu vis (ou où tu as grandi)
  34. Un livre dont l’auteur a les mêmes initiales que toi
  35. Une pièce de théâtre
  36. Un livre (qui un jour a été) interdit
  37. Un livre que tu as commencé  mais jamais terminé
  38. Un livre d’un auteur de moins de 30 ans
  39. Un livre pour enfants
  40. Un livre dont tu connais déjà la fin
  41. Un livre dans une langue étrangère
  42. Un livre écrit à plusieurs

Un même livre peut correspondre à plusieurs critères.