Un défi lecture pour 2015?

Et si tu lisais:

  1. Un livre de plus de 500  pages
  2. Un classique romantique
  3. Un livre adapté au cinéma
  4. Un livre publié cette année
  5. Un livre dont le titre contient un chiffre
  6. Un livre de contes
  7. Un livre d’un auteur féminin
  8. Un livre policier ou à suspense
  9. Un livre dont le titre est un seul mot
  10. Un recueil de nouvelles
  11. Un livre dont l’action se passe dans un pays étranger
  12. Le premier livre d’un auteur à succès
  13. Un livre pas encore lu d’un auteur que tu adores
  14. Un livre recommandé par un/e ami/e
  15. Un livre récompensé par un prix littéraire
  16. Un livre inspiré d’une histoire vraie
  17. Un livre que ton père/ta mère/ton frère/ta sœur adore
  18. Un livre scientifique
  19. Un livre qui date de plus de 100 ans
  20. Un livre que tu devais lire à l’école mais tu ne l’as pas fait
  21. Une biographie
  22. Un livre que tu peux finir en un jour
  23. Un livre dont l’action se passe à un endroit que tu rêves de visiter
  24. Un livre paru l’année de ta naissance
  25. Un livre qui a reçu de mauvaises critiques
  26. Un livre qui a marqué ton enfance
  27. Un livre dont l’action se passe dans le futur
  28. Un récit de voyage
  29. Un livre dont le titre mentionne une couleur
  30. Une bande-dessinée (“graphic novel“)
  31. Un livre d’un auteur inconnu (de toi)
  32. Un livre que tu possèdes mais n’as pas encore lu
  33. Un livre dont l’action se passe dans la ville où tu vis (ou où tu as grandi)
  34. Un livre dont l’auteur a les mêmes initiales que toi
  35. Une pièce de théâtre
  36. Un livre (qui un jour a été) interdit
  37. Un livre que tu as commencé  mais jamais terminé
  38. Un livre d’un auteur de moins de 30 ans
  39. Un livre pour enfants
  40. Un livre dont tu connais déjà la fin
  41. Un livre dans une langue étrangère
  42. Un livre écrit à plusieurs

Un même livre peut correspondre à plusieurs critères.

Les mots des autres

L’année n’est pas tout à fait finie, mais je jette déjà un œil sur mes lectures de 2014 et sur celles qui m’attendent en 2015.

Je n’ai pas lu autant que je l’aurais aimé cette année. Ce n’est jamais le cas, je crois. J’aimerais toujours lire plus de pages, vivre plus d’aventures, partager plus d’émotions avec plus de personnages, ou en apprendre davantage sur  la physique quantique, la vie des pingouins, l’histoire d’Angleterre, etc.

Depuis début novembre, par exemple, j’ai peu lu parce que j’ai été happée par mes ouvrages au point de croix (mamie-style) et par les 4 premières saisons de The Walking Dead (moins mamie-style).

En bref,  cette année, mes livres préférés ont été:

  • Mad, Bad, and Dangerous to Know, Ranulph Fiennes – l’autobiographie de ce remarquable aventurier qu’est Sir Ranulph Fiennes (oui, le cousin de.)
  • This Book Will Save Your Life, A. M. Homes – ce livre ne m’a pas sauvé la vie mais c’est un superbe roman, avec des personnages attachants.
  • My Dream of You, Nuala O’Faolain – un roman très fort de cette auteure irlandaise disparue trop tôt. Beaucoup d’émotions.
  • The Shock of the Fall, Nathan Filer – une histoire qui prend à la gorge, une plongée dans la douleur et la rédemption

Oui, c’est tout en anglais, mais vous les trouvez en français: Au-delà de l’extrême (Fiennes), Ce livre va vous sauver la vie (Homes), Chimères (O’Faolain) et Contrecoups (Filer).

Et puis une mention pour The Help (La couleur des sentiments), pour La Pêche miraculeuse (allez voir le tableau au Musée d’art et d’histoire de Genève) et pour les deux livres de Depardon, Afrique(s) et La Colline des Anges.

En 2015, je me perdrai encore dans les mots des autres, à suivre du doigt les destins, les accidents de parcours, les passions des autres.

Parce que lire, c’est respirer.

de fil en aiguille

Je ne sais plus comment c’est arrivé, mais il y a quelques semaines, j’ai recommencé à faire du point de croix. C’est très relaxant. Ça demande un peu de matériel (à des prix raisonnables), pas beaucoup d’espace, de la patience et un peu de créativité. Ça revient à la mode (loin derrière le tricot, mais quand même) et ça permet de faire des petits cadeaux sympas.

lézard rayé

Noémi (bka Mlle Funambuline) a écrit un billet très intéressant sur ce même sujet, alors je vais essayer de ne pas répéter ce qu’elle a déjà dit mieux que moi.

Le matériel. L’essentiel, si vous débutez, c’est: une bonne aiguille (pas trop longue, bout rond et non pointu, petit chas); de la toile Aïda (14); une paire de ciseaux (des petits qui coupent net); et du fil à broder.

  • il me semble qu’en Suisse, on trouve surtout du fil DMC (excellente qualité) dans les merceries (une échevette = 8 mètres de fil vaut environ Fr. 2,20). J’ai récemment acheté un gros lot d’échevettes Anchor sur eBay, à un prix très bas. Pour l’instant, je n’ai pas vraiment vu de différence de qualité. Le problème entre DMC et Anchor, ce sont les couleurs, qui ne correspondent pas à 100%. Vous trouverez des tableaux de conversion en ligne (ici, par exemple), mais tous ne sont pas identiques ! Conseil: pour un ouvrage, ne mélangez pas DMC et Anchor pour la même couleur (qui, justement, risque de ne plus être la même). Mais rien ne vous empêche d’utiliser un jaune canari DMC et un bleu de Prusse Anchor. Notez qu’on brode généralement avec 2 brins (un fil = 6 brins), sauf pour certains détails et contours (un brin) ou si on veut donner du relief (3 brins). Je vous renvoie à l’article de Mlle Funambuline pour connaître l’astuce du “pas de nœud” et savoir comment débuter un ouvrage.
  • une toile Aïda, c’est du tissu de coton au tissage très régulier, avec des petits trous bien visibles, ce qui vous facilite la vie quand vous faites du point de croix compté. On parle de toile Aïda 11, 14, 16, etc. (trous par pouce) ou 5.5, 6.3, 7.2, etc. (points par cm). Le standard, c’est souvent une toile Aïda 14 (ou 5.5). Plus le chiffre est grand, plus les points seront petits (et donc les motifs plus fins, plus détaillés, mais on peut faire de jolies choses déjà avec du 14. Et même avec du 11, voyez:

sapin vert

  • Outre la toile Aïda, on peut faire du point de croix sur de la toile de lin, sur laquelle il faut compter fils et trous. Ça demande plus d’habileté (et de patience). Il existe aussi la toile étamine, les canevas, les supports en plastique ou en bois (pour faire des pendentifs, par exemple). Sur Univers Broderie, vous avez un aperçu du choix à disposition.
  • Perso, j’en reste encore à la toile Aïda, mais j’essaierai un jour la toile de lin ! Sachez enfin que la toile Aïda est disponible en plusieurs couleurs. Méfiez-vous des toiles sombres: ça a l’air d’une super bonne idée, ce joli motif sur toile noire ou rouge, n’est-ce pas ? Mais vous allez vous user les yeux. J’ai travaillé avec de la toile bleu foncé, et ce n’était pas facile. Prévoyez toujours un bon éclairage. Pour  ma toile bleu foncé, j’ai même ressorti ma lampe frontale. Oui, j’avais l’air idiote, mais c’était très efficace !
  • Pour vos fournitures, je vous recommande les merceries, où vous allez trouver tout ce dont vous aurez besoin et où vous pourrez demander conseil aussi. À Genève: Cotton Shop (rive droite) et Mercerie Catherine B. (rive gauche). Grâce à Mlle Funambuline, j’ai découvert en ligne Sew and So, une mercerie britannique qui a de tout, à des prix et des délais de livraison raisonnables. Si vous ne parlez pas anglais, essayez Broderie Passion, une mercerie installée à Fully (VS) qui propose un vaste choix d’articles et livre rapidement.

Quand on débute, c’est bien de s’attaquer à un petit ouvrage, peut-être monochrome, avec un kit. L’avantage du kit, c’est que vous aurez l’aiguille, la toile aux dimensions nécessaires et le fil qu’il vous faut. Là aussi, vous trouverez des kits dans les merceries. Si vous voulez vous lancer, allez fouiner sur Etsy (pour acheter des modèles (téléchargeables en .pdf) et/ou des kits) et Pinterest (pour l’inspiration). Sur Etsy, je vous recommande Cloudsfactory, Happinesst ou encore Danceneedle. Mais il y a en tout plein. En anglais, cherchez “cross stitch“, “crossstitch” ou “xstitch“. Vous allez trouver des motifs très classiques (surtout en cette période de Noël), mais aussi – et c’est là tout l’intérêt – des modèles modernes (par exemple tirés de séries comme The Walking Dead, ou de dessins animés comme Moi, moche et méchant), des phrases ou citations à broder (oui, on peut être drôle et/ou grossier en point de croix), des motifs géométriques, etc.
fils à broder Anchor

Dans un prochain billet, je vous parlerai de l’utilité (ou non) d’un tambour, de l’impact que peut avoir votre chat sur votre ouvrage au point de croix, des fils qui s’emmêlent et comment les gérer, d’une technique très simple pour encadrer un ouvrage terminé, et d’autres choses encore.