Lectures en 2016

J’ai beaucoup lu ces dix dernières années. Et puis j’ai commencé à faire d’autres choses et je consacre moins de temps à la lecture. Je le regrette, mais on ne peut pas rallonger ses journées. Je limite le temps passé devant la télé, par exemple, en choisissant mieux ce que je veux réellement regarder. Pour la lecture, si je lis moins, j’essaie aussi de mieux choisir mes lectures.
Voici donc mes lectures en 2016 (liste évolutive, comme il se doit):

  1. Montagnes d’une vie, de Walter Bonatti (je ne l’ai pas terminé. Cet homme était un alpiniste hors du commun, mais aussi un gars colérique et prétentieux, à mon humble avis, et son livre est indigeste.)
  2. Les bisons de Broken Heart, de Dan O’Brien (un très beau récit de cet écrivain qui transforme sa ferme en élevage de bisons. Un chant d’amour pour la région des Grandes Plaines, sa faune et sa flore.)
  3. La Marche dans le ciel – 5000 km à pied à travers l’Himalaya, d’Alexandre Poussin et Sylvain Tesson (ces deux gars sont fous. Un récit passionnant.)
  4. Je suis le cycliste masqué, de Anonyme (et Antoine Vayer) (un livre de révélations sur le monde du cyclisme professionnel, par un cycliste pro qui aime son sport mais dit son dégoût pour les magouilles, les petits arrangements, le dopage (bien sûr); ça vous débarrasse de toute illusion sur ce sport, mais c’est aussi un livre nécessaire.)
  5. Confidences, de Max Lobe (un magnifique récit d’un Camerounais vivant à Genève, qui “retourne au pays”. À travers le personnage de Ma Maliga, vieille femme espiègle, sage et volubile, il cherche à en savoir davantage sur le mouvement d’indépendance du Cameroun des années 1950.)

Avril

image

Ce mois où on alterne entre l’apéro en terrasse et les pluies glaçantes qui redonnent envie de chocolat chaud.

Après la pluie

image

Je me baladais dans mon quartier (en réalité je revenais du bureau de poste, mais on s’en fout), il avait plu la nuit précédente. La lumière était belle, il faisait encore frais. Récemment, les jardiniers de la commune ont planté des fleurs partout. Des gros bacs de pensées et de tulipes. Sur cette rue en particulier, les gens passent en voiture, vite ou en petits bouchons énervés. Rares sont ceux ou celles qui regardent les fleurs. Mais moi j’aime les gouttes de pluie sur les pétales, c’est joli, c’est gratuit, ça embellit un moment. Alors je me suis arrêtée, j’ai sorti mon téléphone (un LG G3 qui fait des photos pas dégueu), je me suis penchée sur un bac et j’ai pris la photo. Voilà.

Parfois il faut recommencer deux fois.

martin pêcheur

Mais on ne va pas se laisser abattre.

Je re-résume: mon site a été piraté. J’ai décidé de tout effacer pour mieux repartir à neuf. Dans quelle direction ? Je ne sais pas encore, je suis à court d’idées, mais les envies reviendront. Réinstaller WordPress après des mois sans y toucher a été une gageure, pour dire le moins. Je manque de patience, il faut avouer. Mais cette fois-ci, au moins, je peux uploader et afficher des photos, c’est déjà un plus.

Allez, un pas après l’autre.